Les idées reçues

L'arrière arrière arrière grand-mère d'un activiste vegan

En devenant végétarien, on se rend compte que, tout à coup, beaucoup de gens s’intéressent de près à notre nutrition. On doit alors faire face à de nombreuses remarques ou questions. Remettre en cause les traditions, surtout culinaires, ce n’est pas très bien vu… Voici quelques-unes des remarques qu’on peut entendre :

– Ne pas vouloir tuer d’animaux est de la sensiblerie.
Ne soyons pas hypocrites : quand on achète de la viande en barquette dans un supermarché, on n’imagine même plus l’animal impliqué dans la fabrication du produit. Combien d’entre nous seraient capables de tuer un animal pour se nourrir ?

95% des gens ne mangeraient pas de viande s'il devaient tuer eux-même l'animalOn me dit souvent : « Moi, je ne ferai jamais de mal à un animal ». Alors pourquoi payer quelqu’un pour le faire à notre place ? Est-ce qu’il suffit de fermer les yeux ?

Citation Johnny Depp

Manger de la viande, c’est naturel (+ mention du lion et de la gazelle). Alors, chasser une proie et la tuer avec ses crocs ou ses griffes, la manger crue, c’est naturel. Moi, avec mes petits ongles, j’ai déjà du mal à ouvrir une barquette… Contrairement au lion, nous ne sommes pas des carnivores stricts. Nous pouvons vivre avec un régime alimentaire végétarien.Prédateur humainL'homme est-il naturellement conçu pour manger des animaux ?– Les végétariens sont de dangereux provocateurs. Ils sont intolérants. Et les véganes sont des extrémistes radicaux.
Le végétarisme est une pratique courante dans de très nombreux pays. Malheureusement, en France, les végétariens sont considérés comme des êtres à part et sont souvent mis à l’écart (regardez n’importe quel menu de restaurant…). Les végétariens ont des convictions : ils ne sont pas pour autant des fanatiques cherchant à « convertir » tout le monde ! Et non, ils ne font pas partie d’une secte…

Idée à développer en prenant exemple sur les omnivores : créer une confrérie ou mieux, une secte. Gloire au seitan !

Confréries
Confrérie

– Hitler était végétarien.
Hitler avait une moustache. Qu’en déduire ?
Voir cet article très intéressant à ce sujet : http://www.la-carotte-masquee.com/hitler-vegetarien/

– Les végétariens devraient faire preuve de politesse et manger la viande qu’on leur propose quand ils sont invités chez quelqu’un ; ils n’ont pas à imposer leurs convictions personnelles.
Par contre, si votre régime alimentaire est dicté par votre religion ou vos allergies, pas de souci ! Mais un choix éthique… quelle horreur !
Ceci dit, ça peut permettre de faire le tri dans notre entourage et voir qui se soucie vraiment de nous !

– Tu ne respectes pas la culture de ton pays.
OK, j’avoue, j’ai du mal avec la culture culinaire de mon pays. Et toutes les traditions débiles, françaises ou non, d’ailleurs. Le foie gras, la corrida, la pêche « no-kill », la chasse…
Le fait que quelque chose existe depuis longtemps ne justifie en rien qu’on doive continuer à le faire.

– Tu ne mangeras plus jamais la blanquette de veau de Mamie ?
Ben, non. Et je ne passerai pas la recette aux prochaines générations, non plus. Je sais qu’un changement d’alimentation peut rompre la tradition culinaire familiale… Je ne garderai que les recettes de la ratatouille et des monjettes, que je referai avec plaisir, et j’adapterai les autres recettes ou j’en trouverai de nouvelles. Que j’essayerai de transmettre aux prochaines générations !

– Ne pas manger de viande, c’est indécent par rapport aux pays pauvres.
C’est vrai. Profitons de nos richesses et dilapidons notre argent puisque les pauvres ne peuvent pas le faire.

Pour produire 1 kg de viande de boeuf, il faut 16 kg de céréales et 15 000 l d'eau– Les végétariens préfèrent les animaux aux humains.
Mais les humains sont des animaux, en fait. Si, si. (Je connais des étudiants en science qui croient dur comme fer que l’être humain fait partie d’un règne à part). Et un anti-spéciste ne faisant pas de distinction entre les espèces, il ne peut pas aimer les animaux plus que les humains.
Si vous êtes végétarienne, que vous aimez les animaux et que vous n’avez pas d’enfants, on vous accusera de traiter les animaux comme vos propres enfants. Même si vous n’avez pas de chihuahua avec des vêtements pour chiens et que vous ne dites jamais à votre chat « Viens faire un câlin à Maman ! ». Etre une femme nullipare et végétarienne, c’est la double peine ! La société vous juge deux fois. Et si en plus vous êtes lesbienne, alors là…

Arbre phylogénétique

Place de l’humain dans cette classification des êtres vivants (arbre phylogénétique), entre la souris et un amphibien.

– C’est un choix personnel, tu n’as pas à l’imposer à tes enfants.
Et pourquoi tu imposes aux tiens de manger de la viande ?

– Les animaux sont là pour être mangés.
Non, les humains ont sélectionné et exploité des animaux, ou prétendu que Dieu les leur avait confiés. Les animaux, même ceux d’élevage, n’ont pas envie de souffrir et ne « donnent » pas leur lait, miel… On leur prend. Quant à ceux qui pensent que les animaux ne peuvent pas souffrir… ils n’ont pas dû voir beaucoup d’animaux dans leur vie ! Certains pensent même que les chiens sont les seuls animaux qui éprouvent des sentiments. LEUR chien, en fait.
Il n’y a pas si longtemps que ça (les années 1980), on pensait encore que les bébés ne ressentaient pas la douleur, du moins pas comme les adultes. Au temps de l’esclavage, on affirmait que les africains n’avaient pas d’âme ; c’était bien plus pratique pour les exploiter. On sait maintenant beaucoup de choses sur les animaux, et on ne peut pas nier qu’ils ressentent la douleur de manière aussi vive que nous, et qu’ils ont une conscience comme la nôtre. Ce n’est pas rabaisser l’humain que d’admettre que les animaux peuvent éprouver les mêmes choses que nous. Les animaux ont la même envie de vivre sans souffrance que nous. Et nous avons la possibilité de vivre sans les exploiter / inséminer / castrer à vif / mutiler / gaver / torturer / égorger…
Quant aux personnes qui me disent qu’elles ne mangent que de la viande qui vient d’animaux de ferme bien traités… Mais bien sûr… Et pourquoi pas de la viande d’un animal qui s’est suicidé, ou qui est mort de vieillesse, tant qu’on y est ?

Truie et petits

La seule différence est notre attitude

La seule différence est notre attitude

– Tu tues bien les araignées !
Ben, non !

– De toute façon, des animaux ont été tués, alors autant manger leur viande.
Si on n’en achète pas, la production de viande va forcément diminuer. Chaque geste compte, même si ça parait dérisoire. Je suis bien placée pour me rendre compte que les choses ont bougé de façon considérable en France, même si les végétariens sont largement minoritaires. A l’époque où j’ai arrêté la viande, il n’y avait aucun plat végétarien dans les supermarchés. Je ne connaissais aucun végétarien (et pourtant tout le monde croyait que j’avais été embrigadée dans une secte) !
Je pense qu’il est important de faire savoir aux commerçants et aux restaurateurs qu’on existe. L’offre se fera en fonction de la demande. Et je rappelle aux restaurateurs qui pourraient me lire qu’ils ne doivent pas négliger le peu de clients végétariens qui se présentent à eux : quand mes amis ou mes collègues veulent planifier une sortie, ils me demandent toujours de choisir le restaurant. Du coup j’emmène une dizaine de personnes avec moi qui ne sont pas végétariens ; autant de clients qu’un restaurant peut louper parce qu’il ne proposait pas de menu végé.

– Si on ne tue plus d’animaux, ils vont envahir la terre / les océans déborderont de poissons…
Je pense que la nature se régule très bien, et même mieux, sans l’intervention des humains ! Les animaux sauvages n’ont pas besoin de nous, quant aux animaux d’élevage, ils n’existeraient pas sans nous, donc seraient voués à disparaître, pas à nous envahir ! Ceci dit, ce sujet pourrait servir pour des séries de fiction…

– Vous voulez sauver le monde, c’est ça ?
J’aimerais beaucoup, en effet. Je vais déjà faire ma part et ne pas imposer de souffrances inutiles.
(C’est une remarque qu’on m’a faite dans un magasin quand j’ai demandé poliment s’ils vendaient des chaussures sans cuir… je suis évidemment partie sans rien acheter !)

– Etre végétarien, c’est un truc de bobo : il faut avoir les moyens.
A ma connaissance, un paquet de lentilles coûte moins cher qu’une barquette de viande. Mais, bon, je ne fréquente pas beaucoup le rayon boucherie.

– Ne pas manger de viande affaiblit les muscles.
De nombreux sportifs comme Carl Lewis, Venus Williams, Robert Parish, Surya Bonali… sont végétariens ! Les protéines et le fer ne se trouvent pas que dans la viande. Pas besoin de manger du muscle pour en avoir ! On peut manger des légumes sans en devenir un.
Sportifs véganes

– Etre végétarien conduit à une déficience mentale.
Albert Einstein était végétarien…
Et quand je vois le nombre de fautes de français que peuvent faire certains omnivores venus troller des forums sur le végétarisme…

– J’ai connu un végétarien et il était en très mauvaise santé à cause de toutes ces carences. En même temps, c’est normal, il ne mangeait pas de protéines.
Il faut savoir que les personnes qui consomment de la viande et qui se permettent de critiquer les végétariens ont toutes un diplôme en nutrition. Et toutes un super bilan de santé. Elles ne savent pas combien de protéines il faut consommer, ni même peut-être ce qu’est une protéine, et encore moins qu’il y a des protéines dans TOUTES les cellules vivantes sur cette planète, mais elles savent que les végétariens n’en consomment pas assez. D’ailleurs, tous les végétariens vont mourir à cause de toutes ces carences. Si vous êtes végétarien et que vous attrapez une angine, que vous vous faites une entorse ou que vous avez un ongle incarné, c’est forcément parce que vous ne mangez pas de viande. On ne peut pas vivre en bonne santé sans viande. Je vais essayer de survivre jusqu’à la fin de cet article. Mais je ne sais pas si j’aurais la force d’appuyer sur les touches du clavier. Je vais prendre des vitamines et je reviens.

– Les végétariens ne mangent que des graines et de la salade.
Voir les (de plus en plus) nombreux sites de recettes végétariennes.
Euh, par contre, on veut bien autre chose que de la salade quand on est invité…

Je ne mange pas de graine ! http://kaaverne-de-perceval.fr/je-ne-mange-pas-de-graines/39

Célèbre citation du maître d’armes dans la série «Kaamelott» d’Alexandre Astier

– Manger des plats végétariens, c’est triste.
Alors qu’avoir des morceaux de cadavre dans son assiette, c’est tellement plus fun.

– Moi, je ne pourrais pas me passer du plaisir de manger un bon steak.
Euh… Il existe des plaisirs infiniment plus intenses dans la vie ! Et plein de nouvelles saveurs à découvrir !

– Ou au contraire : « moi non plus, je ne mange pratiquement pas de viande ».
Traduction : « je ne mange de la viande rouge que 3 ou 4 fois par semaine. Le reste du temps, je mange du porc, de la volaille, du poisson… à chaque repas ».

– Le tofu, c’est pas bon.
Le nombre de fois incalculable où quelqu’un m’explique qu’un jour il a goûté du tofu, pour voir, et que franchement ce n’était pas bon et que donc il ne peut pas arrêter la viande… Euh, comment dire ? D’abord il n’y a pas que le tofu dans la vie d’un VG, et effectivement le tofu nature, c’est un ingrédient, donc tel quel, c’est sûr que ça ne remplace pas la viande, ni rien du tout d’ailleurs. C’est un ingrédient. Qui se prépare, qu’on fait mariner ou qu’on mélange à d’autres ingrédients. Un ingrédient. La farine de blé, c’est pas bon. C’est un ingrédient, qui permet de faire des plats délicieux. Comme le tofu, quoi.

– Si tu te retrouvais sur une île déserte avec un cochon, tu mangerais le cochon ou tu mourrais de faim ?
Si, comme moi vous avez du mal à imaginer une telle situation, et qu’il n’y a pas beaucoup d’îles désertes par chez vous, vous pouvez citer le chef Andrew Kirschner :
« Et si tu n’étais pas seul, que tu vivais sur une planète avec 7 milliards de personnes, que tu avais un accès illimité à des fruits frais, des légumes, des fruits à coque, des légumineuses, et d’autres nourritures saines, et que tu savais que les animaux souffrent et meurent de façon horrible pour que tu puisses les manger alors que tu n’as pas besoin de les manger pour survivre, tu continuerais à les manger ? La différence entre nos questions, c’est que ton scénario n’arrivera jamais et que le mien est le choix auquel tu fais face maintenant. A ton avis, à laquelle des deux questions vaut-il mieux répondre ? »

– Tu te bats contre des moulins à vent.
Pour un(e) antispéciste, chaque geste compte. On sait très bien qu’on ne va pas révolutionner les pratiques alimentaires de nos compatriotes en quelques semaines. Mais en informant notre entourage, en faisant des efforts pour changer nos habitudes de consommation, on peut faire bouger les choses. Petit à petit. Pour certains, ça peut être très frustrant de voir que les mentalités évoluent si lentement. Et ils peuvent être tentés de tomber dans l’écoterrorisme, ce qui va totalement à l’encontre de l’anti-spécisme et est complètement contre-productif. On croise malheureusement quelques personnes de ce type sur certaines pages Facebook. Elles font fuir tout le monde et tentent de faire culpabiliser les omnivores ou les végétariens venus se renseigner sur le véganisme. Et les véganes passent pour des gens sectaires et intolérants à cause de quelques énergumènes…

Vous pensez que vous ne pouvez rien changer ? Chaque personne qui ne consomme pas de produits animaux sauve environ 900 animaux par an. Vous avez la vie de 900 animaux entre vos mains. Choisissez la compassion. Devenez végane.

– C’est une mode, ça te passera.
Le féminisme aussi, ça a été une mode. Et l’anti-racisme aussi.
On m’a dit cette phrase il y a … plusieurs décennies ! Quand on a des convictions, on est cohérent avec le nouveau mode de vie adopté.
Je pense surtout que la France a 15 ans de retard dans ce domaine, par rapport aux pays anglo-saxons notamment. Heureusement, les réseaux sociaux rendent maintenant les végétariens plus visibles.

– Les plantes aussi souffrent (+ mention du cri de la carotte quand on l’arrache de terre).
Argument final de l’omnivore qui a épuisé son stock d’idées. Si on a encore envie de poursuivre la conversation, expliquer qu’on tue proportionnellement moins de plantes en étant végétarien qu’en étant omnivore puisqu’on les mange directement alors qu’il faut énormément de plantes pour nourrir l’animal qui sera tué pour être consommé. Et remettre un point carotte à l’interlocuteur : http://www.insolente-veggie.com/decernez-des-points-carotte/

Dans tous les cas, quand vous devenez végétarien par éthique, on va souvent critiquer votre choix et vous expliquer que c’est inutile voire dangereux. On va aussi chercher la moindre faille du style : « Mais, tes chaussures, elles sont en cuir ? » ou vous dire que vous feriez mieux de vous occuper des enfants qui meurent de faim. Tout simplement parce que les omnivores savent au fond d’eux-mêmes que consommer des animaux n’est ni nécessaire, ni acceptable, mais que pour quelques secondes de plaisir personnel, ils sont prêts à infliger à une multitude d’animaux des vies de souffrance.
Alors pour se rassurer, citons cette phrase d’Arthur Schopenhauer : « Toute vérité franchit trois étapes. D’abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence ».